Skip to main content
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires par VINCI Autoroutes et ses partenaires afin d’améliorer votre navigation, permettre de réaliser des statistiques de visites et disposer de services et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts.

Breadcrumb

Le projet en 3D

Publié le - Mis à jour le 03 février 2021

Actualités

Amélioration de la sécurité et de la fluidité des trajets, préservation de la biodiversité, prise en compte des enjeux environnementaux : découvrez en images le projet grâce à cette mise en situation 3D.

 

Cliquez ici pour voir la vidéo

 

L’aménagement de la Porte de Gesvres comprend :

  • la réalisation d’une voie auxiliaire d’entrecroisement dans chaque sens de circulation sur le périphérique nord entre la Porte de Gesvres et la Porte de Rennes ainsi que sur le périphérique est entre la Porte de Gesvres et la Porte de la Chapelle ;
  • la création d’un ouvrage d’art de franchissement de l’autoroute A11, à deux voies de circulation, pour la liaison du périphérique est vers le périphérique nord ;
  • la création d’un ouvrage d’art permettant aux conducteurs en provenance de Paris de rejoindre le périphérique est ;
  • la création d’une nouvelle liaison à deux voies entre le périphérique nord et le périphérique est ;
  • la démolition du pont à double sens enjambant l’autoroute A11, qui assurait la liaison Paris vers le périphérique est et périphérique est vers le périphérique nord ;
  • la démolition et la reconstruction du pont de la route de La Chapelle-sur-Erdre (enjambant l’A11) avec création d’une piste cyclable ;
  • le réaménagement et la remise à neuf de la section courante à 2x2 voies.

Un projet respectueux des enjeux environnementaux 

Le projet d’aménagement de la Porte de Gesvres prévoit de nombreuses mesures environnementales pour favoriser la préservation du milieu dans lequel il s’inscrit, comme par exemple :

  • la création et l’aménagement de bassins pour gérer les eaux pluviales ;
  • la restauration de zones humides ;
  • la création de mares ;
  • des aménagements pour le maintien de talus végétalisés ;
  • la préservation de la faune, de la flore et de la biodiversité, à travers notamment la restauration d’habitats favorables à l’avifaune.