Skip to main content
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires par VINCI Autoroutes et ses partenaires afin d’améliorer votre navigation, permettre de réaliser des statistiques de visites et disposer de services et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts.

Breadcrumb
  • Accueil
  • L'environnement |
  • Le paysage, la faune et la flore

Le paysage, la faune et la flore

Les études détaillées ont permis de définir l’impact réel de l’aménagement de la Porte de Gesvres sur l’environnement. Pour cela, VINCI Autoroutes (réseau Cofiroute) s’est appuyé sur la démarche Éviter, Réduire et Compenser (E.R.C.).


Le paysage

Le paysage se distingue par un relief vallonné, creusé par la vallée du Gesvres et ses petits ruisseaux affluents. Les vallons sont majoritairement occupés par des espaces naturels de qualité.  Les zones construites, situées sur les hauteurs, sont en contact avec les grands axes du territoire : vallée du Gesvres, A11, RN 844, voie ferrée… L'A11 marque ainsi la limite entre les espaces naturels et agricoles, d'une part, et les espaces urbains, d'autre part. 

Au nord des axes routiers se trouvent le bocage, des équipements sportifs et un cimetière, et au sud, des zones d'activités, des quartiers pavillonnaires, de l’habitat collectif et un établissement pénitentiaire. De par la présence de merlons arborés, l'intervisibilité (ce qui est vu depuis l'autoroute et inversement) n'est pas très marquée.
VINCI Autoroutes (réseau Cofiroute) s’est attaché à sauvegarder le plus possible la végétalisation des merlons dans la conception du projet.

Le paysage

La faune et la flore

Un diagnostic écologique du site et de ses abords a été réalisé par plusieurs  bureaux d’études qui se sont appuyés, notamment, sur les connaissances d’associations locales. L'état initial a été dressé sur la vallée du Gesvres de façon globale, y compris sur des zones relativement éloignées du projet (prise en compte des corridors écologiques). 

Protection des espèces végétales

Le bilan floristique montre que l’essentiel des espèces végétales remarquables ne sont pas concernées par le projet et qu’aucune plante à fort enjeu n’est concernée.

Les espèces végétales recensées sont : la Véronique des montagnes, le Mélilot officinal et la Vesce jaune, la Vipérine plantain, un pied de Lavatère, la Barbarée printanière, la chénopode glauque, la rorippe hybride, la morelle noire à fruits jaunes, la viorne mancienne, le Peucédan des marais (nom actuel Thysselinum palustre) et le Gaillet odorant.

Protection des espèces animales

Les espèces animales recensées sont : le lézard des murailles, le lézard à deux raies, la pipistrelle commune, la couleuvre d’Esculape, l’orvet fragile, la pipistrelle de kuhl, le murin à moustaches, la barbastelle d’Europe, le murin de Natterer, l’oreillard gris, la barbastelle d’Europe, le murin de Natterer, le murin de Daubenton l’oreillard gris, la Sérotine commune, le Crapaud épineux, les grenouilles vertes, la Grenouille agile, le petit phasme méridional, la salamandre tachetée et la Loutre d’Europe, notamment.

À noter également la présence de 2 espèces d’insectes, déterminantes de ZNIEFF, l’Orthétrum brun et l’Agrion nain. Ces deux espèces ne sont toutefois pas protégées.

Les espèces de poissons recensées sont, notamment, l’anguille d’Europe et le brochet.

72 espèces d’oiseaux ont été identifiées dont 13 sont remarquables en période de reproduction, d’hivernage et de migration. Sur la zone d’étude, 37 espèces d’oiseaux ont été recensées, toutes assez communes pour la région. 

Dans un souci de protection de la faune, VINCI Autoroutes (réseau Cofiroute) s'est engagé à construire des habitats favorables à la prolifération et à la reproduction des espèces animales présentes. Ces habitats incluent notamment :
- andains pour les reptiles
- gîtes à chiroptères,
- mares pour les amphibiens...

La morelle